Épisode 17

Épisode 17 : Trois questions sur le leadership du chef de la direction pour Kevin

Steve échange avec Kevin Strain, président et chef de la direction de la Sun Life, pour connaître comment il approche son nouveau rôle (transcription en français seulement).

Steve Peacher : Bonjour à tous. Bienvenue à cet épisode de « Trois en cinq ». Ici Steve Peacher, président de Gestion SLC. J’ai le grand plaisir aujourd’hui de recevoir Kevin Strain, nouvellement nommé au poste de chef de la direction de la Sun Life et, par la même occasion, mon patron. Merci, Kevin, de vous joindre à nous.

Kevin Strain : Merci, Steve, c’est intéressant de communiquer de cette façon, c’est génial.

Steve Peacher : Je veux poser à Kevin quelques questions aujourd’hui sur ce qu’il pense d’arriver à un nouveau poste aussi important. Dans vos nouvelles fonctions de chef de la direction, qu’est-ce qui vous enthousiasme le plus et qu’est-ce que vous appréhendez le plus?

Kevin Strain : Steve, vous avez raison, c’est un énorme privilège de diriger une société comme la Sun Life, d’envergure mondiale, mais qui aide les gens de multiples façons – qui a vraiment pour objectif d’aider les Clients à atteindre la sécurité financière durable et un mode de vie sain. Je trouve ça motivant – je sais que c’est motivant pour nos employés, je trouve ça motivant pour moi et c’est ce que nous faisons, à l’échelle mondiale. Et le rôle important que nous jouons dans la vie des gens. Le fait d’être une société canadienne dont la majorité des activités est aux États-Unis, et celle qui connaît la croissance la plus rapide en Asie, le fait que tout le monde nous perçoit comme une compagnie d’assurance, mais que la moitié de nos revenus proviennent de la gestion d’actifs et que nous avons réussi à construire cette plateforme de gestion d’actifs non traditionnels grâce à vous et à Gestion SLC. Il y a tellement d’initiatives intéressantes. Nos activités dans l’univers du numérique, notre vision de l’écoresponsabilité, notre réflexion sur la diversité, l’équité et l’inclusion; nous vivons une période d’effervescence et notre société aide les gens, c’est très stimulant pour moi.

Steve Peacher : Vous savez, il faut différentes qualités, je crois, pour le travail de chef de la direction. D’après vous, quelles sont les plus importantes qualités de leadership que doit incarner un chef de la direction efficace?

Kevin Strain : La stratégie, c’est important. Mais les stratégies, ça se copie facilement, le style également, tous les consultants invoquent la même stratégie quand ils vous parlent. Le secret, c’est de mobiliser les gens, de créer une culture qui les aide à donner le meilleur d’eux-mêmes, pour une exécution optimale. Pour moi, le plus important, c’est d’être un meneur. J’ai beaucoup joué au soccer, j’ai même été entraîneur, et quand vous dirigez des gens, quand vous dirigez des équipes, vous devez cibler, vous devez trouver comment tirer le meilleur de chacun, et vous pouvez agir différemment avec différentes personnes pour y arriver. Je crois que les leaders les plus efficaces sont d’excellents entraîneurs, ils comprennent leur équipe, ils comprennent chaque membre de l’équipe, ils comprennent comment les individus travaillent individuellement, mais aussi comment ils travaillent en groupe. Et ils créent une culture pour en tirer le maximum. L’autre aspect important que je constate, c’est la connaissance de soi, et donc de votre rôle dans l’équipe, de vos compétences et des domaines où vous devez les mettre à profit. Ce qui est le plus important, en fait, c’est d’être un meneur efficace, c’est-à-dire favoriser le développement de bons employés, les fidéliser, les attirer, mais aussi développer la culture.

Steve Peacher : Vous savez que diriger une société cotée en bourse, surtout une institution financière cotée en bourse, c’est du travail sept jours sur sept. Alors comment assurez-vous l’équilibre dans votre vie, pour apporter autant d’énergie et de concentration à votre rôle de chef de la direction et ne pas vous brûler?

Kevin Strain : Pour moi, et Steve, je crois que vous en savez quelque chose, parce que je vous vois souvent au gym, l’exercice physique est très important. Je sais qu’après beaucoup de réunions le matin, où je rencontre peut-être une centaine de personnes, je n’en vois pas une centaine au gym, mais en général, nous y sommes, vous et moi. Et je crois que c’est important d’avoir un esprit sain dans un corps sain, avec toute l’énergie voulue. Si vous avez un mode de vie sain, si vous faites de l’exercice, si vous mangez bien, vous avez l’énergie pour faire votre travail et vous le faites d’autant mieux. J’essaie de courir aussi souvent que je le peux, vous savez que j’ai participé à des demi-marathons, j’ai couru un marathon complet, j’ai joué au soccer quand j’étais... en fait, j’ai joué au soccer toute ma vie, mais j’ai joué quand j’étais en Asie. Nous faisons beaucoup de randonnée, maintenant, nous avons commencé le ski de fond cet hiver, et nous trouvons le temps de le faire. Je dirais que la deuxième chose, j’y ai beaucoup réfléchi, la première chose est très personnelle, c’est un côté de moi, mais la deuxième chose, c’est d’avoir une bonne équipe – et c’est ce que j’ai avec l’équipe de direction – et d’avoir confiance qu’ils fassent leur travail et de ne pas essayer de faire leur travail à leur place. Je n’ai pas à faire le travail de chacun, je n’ai qu’à faire mon travail, et mon travail consiste à intégrer un groupe de personnes qui font de l’excellent travail et à les aider à percevoir toutes les variables qui entourent leur travail. Je crois qu’avoir une bonne équipe, avoir confiance en son équipe, connaître votre rôle au sein de l’équipe, tout cela a son importance. Mais pour ma part, si je ne m’entraîne pas, je risque de voir ma productivité personnelle commencer à flancher.

Steve Peacher : Oui, je ressens la même chose. Eh bien, merci d’avoir répondu à mes questions. Laissez-moi vous poser une dernière question personnelle pour terminer. Vous parlez souvent de soccer, je sais que vous avez beaucoup joué au soccer, je sais que vous jouiez en Asie, comme vous l’avez dit. Maintenant, vous avez un rôle très exigeant comme nous venons de le voir. Alors, comment restez-vous connecté au monde du soccer, allez-vous voir des matchs, quelle est votre équipe préférée, où en êtes-vous... si c’est une passion, comment vous tenez-vous au courant?

Kevin Strain : Eh bien, je trouve ça difficile, Steve, parce que je suis un supporter de l’Arsenal et l’année n’a pas bien commencé pour eux; et je crois qu’ils doivent jouer contre le Man City et Chelsea dans les prochaines semaines. J’essaie de regarder un peu les matchs. J’ai suivi les Jeux olympiques : l’équipe féminine du Canada a remporté sa première médaille d’or et j’ai bien aimé que nous devancions les États-Unis en demi-finale. J’essaie donc de suivre les matchs, un peu comme vous, j’aime bien suivre le monde des sports. J’ai vu pas mal de matchs de la NBA, et j’ai été surpris de me passionner pour ce sport, j’adore ça, un peu de la LNH, aussi, j’ai besoin de ma dose quotidienne. Mon père est un grand amateur de sports, et c’est un sujet de conversation passionnant entre nous. J’aimerais bien jouer un peu plus, la COVID a rendu ça impossible, mais c’est aussi que je vieillis un peu. Mes blessures ne guérissent pas aussi vite qu’avant.

Steve Peacher : Eh bien, vous pourriez peut-être créer une ligue de soccer des chefs d’entreprise canadiens dans vos temps libres. Merci, Kevin, d’avoir passé ces quelques minutes avec nous aujourd’hui pour répondre à nos questions et merci à tous d’avoir écouté cet épisode de « Trois en cinq ».

Kevin Strain : Parfait, merci, Steve.

Ce balado est destiné uniquement aux investisseurs institutionnels. Les renseignements fournis dans ce balado ne doivent en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique ou comptable ni en matière d’assurance et de placement. Ils ne doivent pas être considérés comme une source d’information à cet égard et ne constituent pas une offre d’achat ou de vente de valeurs mobilières, ni de services d’assurance ou de placement. Les investisseurs devraient obtenir l’avis d’un conseiller professionnel avant de prendre une décision en fonction des renseignements fournis dans ce balado. Ce balado peut contenir des renseignements ou des énoncés qui tiennent compte d’attentes ou de prévisions liées à des événements futurs. Les énoncés prospectifs sont de nature spéculative et peuvent faire l’objet de risques, d’incertitudes et d’hypothèses qui pourraient différer de façon importante des énoncés. Par conséquent, n’accordez pas de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Toutes les opinions et tous les commentaires formulés sont susceptibles de changer sans préavis et sont présentés de bonne foi sans responsabilité légale.