Balado Trois en cinq

Épisode 6 : Trois questions sur la diversité et l’inclusion pour Amy

Steve s’entretient avec Amy Price, présidente de BentallGreenOak pour discuter de l’importance de la diversité, de l’équité et de l’inclusion dans le processus de recrutement de la société (transcription en français seulement).

Steve Peacher : Bonjour à tous et merci d’être à l’écoute. Je m’appelle Steve Peacher et je suis le président de Gestion SLC. J’anime Trois en cinq, une série de balados dans le cadre desquels nous posons trois questions pertinentes à des spécialistes de différents champs d’expertise de notre société. Aujourd’hui, je m’entretiens avec Amy Price, présidente de BentallGreenOak. Merci de vous joindre à moi, Amy.

Amy Price : Bonjour Steve. Merci de m’avoir invitée.

Steve Peacher : Amy, ma première question est la suivante : Récemment, Sonny Kalsi, chef de la direction de BentallGreenOak, a fait une déclaration ambitieuse concernant vos futurs plans de recrutement. Quel est le mandat de BGO à ce sujet et comment a-t-il été reçu au sein de la société?

Amy Price : En effet, il a fait une déclaration ambitieuse au nom de la société. En gros, nous nous engageons à devenir un chef de file du secteur en matière d’équité, de diversité et d’inclusion. L’été dernier, Sonny a dévoilé le nouvel objectif de recrutement « deux tiers » de la société. Ce qui veut dire que 67 % des nouveaux employés seront des femmes ou des minorités visibles. C’est le volet « diversité » de notre processus de recrutement. Vous m’avez aussi demandé comment ce mandat a été reçu – honnêtement, il a très bien été reçu. Évidemment, il y a eu quelques questions et réactions initiales, du genre « Comment allons-nous concrètement y arriver? » ou « Comment allons-nous y arriver sans baisser la barre des talents? ». La réponse est simple : nous travaillerons plus fort et recruterons différemment. Dans l’ensemble, j’ai vraiment l’impression que cela cadre bien avec la culture de BGO. Nous devons avoir une équipe plus diversifiée. Nous devons mieux représenter nos investisseurs et nos locataires. Honnêtement, ce sont nos investisseurs qui sont un des éléments déclencheurs. Ils s’impliquent davantage et sont beaucoup plus nombreux à évaluer leurs gestionnaires en fonction des critères de diversité et d’inclusion. Cela nous a grandement aidés à passer d’une discussion sur ce qu’il serait bien de faire à une discussion axée sur nos impératifs commerciaux.

Steve Peacher : Vous avez mis ce projet à exécution au premier trimestre et embauché beaucoup de personnes. Quelle a été votre expérience et avez-vous été en mesure d’atteindre les objectifs de diversité fixés par Sonny?

Amy Price : Oui. Je crois que nous avons tous été surpris par les statistiques de recrutement extraordinaires de cette première partie de l’année. Nous avons embauché 95 personnes à l’échelle mondiale : 59 % sont des femmes et 40 % des minorités visibles. Cela signifie que 80 % des personnes embauchées sont soit des femmes ou des minorités visibles, parfois les deux. C’est une belle réussite! Je voudrais aussi mentionner qu’aux États-Unis, en Europe et en Asie, où nous pouvons recueillir plus de données sur l’identité raciale, 16 % de ces nouvelles recrues sont des personnes noires. C’est très important, parce que c’est un des groupes les moins représentés chez nous, et c’est super d’avoir fait des progrès de ce côté-là. Finalement, une autre mesure que nous pouvons analyser est le nombre de femmes dans l’équipe de direction. Au début de l’année, il y avait 19 % de femmes qui occupaient un poste de directrice générale ou un poste plus élevé. Grâce aux promotions et aux nouvelles embauches, nous sommes passés à 25 %! Et ce pourcentage augmente à mesure que nous recrutons. Nous avons donc fait d’importants progrès de ce côté-là aussi.

Steve Peacher : Vous savez que j’ai été un gestionnaire d’actif pendant toute ma carrière. Je pense que le secteur en général ne fait pas bonne figure sur le plan de la diversité de la main-d’œuvre. Ces résultats sont donc extraordinaires. Les questions que les gens se poseront quand ils les connaîtront seront : Comment avez-vous fait? Comment avez-vous atteint ces résultats?

Amy Price : Oui, c’est normal de se poser la question, n’est-ce pas? Je sais que ça fait cliché, mais je vous dirais deux choses. Premièrement, nous avons travaillé très fort pour trouver des talents diversifiés. C’était intentionnel. Ça prend beaucoup de patience et de créativité. Nous avons, par exemple, élargi notre champ de recherche et utilisé les médias sociaux, surtout LinkedIn, pour avoir une meilleure visibilité sur le marché et attirer l’attention de divers candidats. Nous avons dit à certains de nos partenaires de recrutement que nous ne ferions aucune offre avant d’avoir vu une longue liste diversifiée de candidats. Nous n’avons pas choisi le premier candidat talentueux qui s’est présenté; nous avons pris notre temps pour en voir plusieurs. Nous devions en voir plus. C’est comme ça que nous avons pu recruter des femmes et des minorités visibles fantastiques. Deuxièmement, vous savez qu’au final, ce sont les dirigeants qui prennent les décisions de recrutement. Alors, comment avons-nous obtenu ces résultats? C’est grâce à une équipe de direction qui s’impliquait vraiment dans le processus. Notre succès est en grande partie dû à ses efforts.

Steve Peacher : Ce sont vraiment des résultats remarquables. Je crois que BGO donne l’exemple pour le reste de Gestion SLC, et c’est une bonne chose. Dernière question pour vous, Amy : Je sais que vous jouiez au rugby à l’université. C’est un sport de contact. Qu’avez-vous appris sur le terrain qui vous a été particulièrement utile dans votre carrière en immobilier commercial?

Amy Price : C’est une bonne question, Steve. Le rugby est assurément un sport de contact… et un sport d’équipe. Si vous avez déjà été dans une mêlée, vous savez de quoi je parle. Vous êtes une équipe et vous travaillez en groupe. Mais la culture du rugby n’est pas seulement ce qui se passe sur le terrain, c’est aussi ce qui se passe après le match. L’esprit de camaraderie est puissant; il y a aussi des chansons, etc. Ces relations et ce sentiment d’appartenance à une culture bien ancrée sont aussi pertinents dans notre secteur.

Steve Peacher : D’accord, j’en prends note : nous devons recruter davantage de joueurs de rugby à Gestion SLC et dans ses sociétés affiliées. Merci beaucoup Amy. Et merci à tous nos auditeurs d’avoir été à l’écoute.

Amy Price : Merci de m’avoir invitée, Steve.


Ce balado est destiné uniquement aux investisseurs institutionnels. Les renseignements fournis dans ce balado ne doivent en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique ou comptable ni en matière d’assurance et de placement. Ils ne doivent pas être considérés comme une source d’information à cet égard et ne constituent pas une offre d’achat ou de vente de valeurs mobilières, ni de services d’assurance ou de placement. Les investisseurs devraient obtenir l’avis d’un conseiller professionnel avant de prendre une décision en fonction des renseignements fournis dans ce balado. Ce balado peut contenir des renseignements ou des énoncés qui tiennent compte d’attentes ou de prévisions liées à des événements futurs. Les énoncés prospectifs sont de nature spéculative et peuvent faire l’objet de risques, d’incertitudes et d’hypothèses qui pourraient différer de façon importante des énoncés. Par conséquent, n’accordez pas de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Toutes les opinions et tous les commentaires formulés sont susceptibles de changer sans préavis et sont présentés de bonne foi sans responsabilité légale.