Épisode 32

Trois questions sur le crédit privé à moyen terme pour Chris Adair

Steve Peacher est en compagnie de Chris Adair, directeur général principal et chef des partenariats stratégiques à Gestion SLC, afin de discuter de crédit privé à moyen terme, et des raisons pour lesquelles il peut être intéressant d’y investir.

Steve Peacher : Bonjour à toutes nos auditrices et tous nos auditeurs, et merci d’être à l’écoute d’un autre épisode de l’émission Trois en cinq. Ici Steve Peacher, président de Gestion SLC. Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’être en compagnie de Chris Adair, chef des partenariats stratégiques à Gestion SLC. Ensemble, nous discuterons de notre offre de placements dans le crédit privé, et plus particulièrement des placements à moyen terme.

Chris Adair : Merci de m’avoir invité.

Steve Peacher : Ce segment est important pour nous. Cependant, nous avons observé que les Clients institutionnels se sont généralement tournés vers nos produits de placement dans le crédit privé de première qualité à plus long terme. Nous nous sommes entretenus avec les Clients, notamment au sujet des produits de placement dans le crédit privé de première qualité à moyen terme. Donc, ma première question est la suivante : Quels sont les critères des Clients qui envisagent d’investir dans le crédit privé à moyen terme, et de quelle manière ces placements s’intègrent-ils dans la répartition de l’actif de leur portefeuille ?

Chris Adair : Il est intéressant de noter que nous offrons des placements dans le crédit privé de première qualité au Canada par l’intermédiaire d’un tiers depuis plus de cinq ans. Depuis un peu plus de deux ans, nous avons commencé à offrir des placements dans le crédit privé à plus long terme aux États-Unis, car nous croyions à l’époque que, du point de vue stratégique, cela était censé pour nos Clients, notamment pour accroître les pondérations d’obligations du Trésor et de crédit à long terme de leurs portefeuilles d’IGP. Et, de toute évidence, nous avons connu beaucoup de succès avec cette offre. Fait intéressant, nous observons ce qui semble être une inversion de la courbe de rendement des placements dans le crédit à long terme. Nous avons analysé les écarts de taux actuels des placements dans le crédit privé, et comparé les segments à court et à moyen terme au segment à long terme. Nous avons remarqué que les écarts de taux du segment 5 à 7 ans sont d’environ 175 points de base, par rapport à un instrument de placement comparable, comme l’obligation de société notée A . Par contre, lorsqu’on regarde plus loin sur la courbe de rendement, dans la fourchette d’échéance à 20 ans, on obtient 85, 90, 100 points de base. Or, si on parle en termes d’écart de taux et de rendement absolu, la capacité d’obtenir 175 points de base, par rapport aux obligations de sociétés comparables comportant le même type de risque de crédit, et dans le segment à 5 ans, cela est très intéressant .

Steve Peacher : Voudriez-vous partager d’autres informations avec nos auditeurs au sujet de cette solution de placement? Nous avons également une équipe, à Gestion SLC, qui aident les Clients à replacer ces stratégies dans leur contexte, et de déterminer laquelle offre le ratio cours/bénéfice qu’ils recherchent. Cette équipe a-t-elle été impliquée, notamment pour atteindre le rendement souhaité?

Chris Adair : Tim Boomer est à la tête de notre équipe Stratégie et solutions à Gestion SLC. Fait intéressant, certaines de nos meilleures stratégies proviennent de Clients, par exemple, un important fonds de pension d’entreprise aux États-Unis. Ce Client connaît très bien ce genre de placements et a consacré beaucoup de temps à faire des recherches sur le marché des placements privés. Il a constaté ce que nous constatons actuellement : les placements à moyen terme offrent de véritables occasions. Tim Boomer et l’équipe Stratégie et solutions ont passé beaucoup de temps avec ce Client en particulier pour déterminer de quelle manière ce type de placement peut être intégré aux portefeuilles, ainsi que la manière de structurer ce genre de solution de placement en fonction des objectifs de rendement et de revenu du Client. Nous nous sommes rendu compte que cette solution était l’une des meilleures que Gestion SLC peut offrir sur le marché. En ce qui concerne les placements allant de 5 à 7 ans, les émetteurs, habituellement des institutions financières, des sociétés financières privées ou des gestionnaires d’actifs, émettent des placements privés qui correspondent au cycle de vie de leurs obligations. Or, la plupart des obligations de sociétés émises se concentrent dans le segment allant de 7 à 15 ans; un nombre limité d’obligations à 16 ans ou plus est émis. Par contre, comme vous le savez, il y a généralement une forte demande en placements à long terme. La plupart des compagnies d’assurance-vie ont vraiment grand besoin d’investir dans des placements dans le segment à 20 ans afin de compenser leur passif. Du point de vue structurel et des écarts de taux à proprement parler, c’est ce que nous avons observé, et notre équipe Stratégie et solutions nous a été d’une aide précieuse pour comprendre cette dynamique structurelle et mettre sur pied une solution que nous pouvons proposer aux Clients.

Steve Peacher : Dans l’ensemble, tous les marchés ont connu une bonne année 2021 : les actions ont pris de la valeur, le crédit a affiché une excellente performance, les taux ont diminué et les placements traditionnels à revenu fixe ont également affiché une bonne performance. Dans votre rôle, vous parlez aux Clients et aux investisseurs institutionnels au sujet des stratégies globales. Étant donné que les marchés ont connu une bonne année, quels sont les principaux thèmes d’investissement auxquels s’intéressent les Clients cette année?

Chris Adair : Ce sont les thèmes courants. Tout d’abord, nous sommes tous encore en quête de rendement, et je crois que cette solution de placement dans le crédit privé à moyen terme répond à ce critère, surtout si on se concentre sur l’extrémité courte de la courbe. Comme je l’ai déjà mentionné, il est difficile d’investir dans d’autres instruments de placement, lorsque l’on dispose d’une marge de 175 points de base, par rapport à une obligation de société comparable. C’est ce qu’on entend souvent. Les Clients expriment des préoccupations au sujet de l’inflation relativement à leurs placements traditionnels à revenu fixe, et ils recherchent d’autres solutions de placement qui pourraient atténuer les pressions inflationnistes que nous avons effectivement subies au cours du second semestre de 2021 et que nous continuons de subir en 2022. L’équipe Stratégie et solutions et moi-même sommes bien positionnés pour sortir des sentiers battus et proposer d’autres solutions aux Clients. Prenons l’immobilier, par exemple, qui a un effet compensatoire par rapport à l’inflation. Les solutions axées sur les infrastructures sont également structurées de manière à offrir une protection contre les effets de l’inflation. Nous offrons même des solutions axées sur les placements à revenu fixe de première qualité, comme les placements ciblés et les titres garantis par des créances à taux variable. Du côté des titres de qualité inférieure, les sociétés affiliées à Gestion SLC offrent des prêts bancaires et des prêts syndiqués de manière restrictive. Enfin, comme vous le savez Steve, à Gestion SLC, nous avons une équipe qui gère environ 60 milliards de dollars d’actifs dans des instruments dérivés (exposition au risque) . Nous pouvons donc avoir recours aux swaps indexés sur l’inflation de manière isolée, ou les combiner avec d’autres stratégies productrices de rendement. Il est bien de pouvoir offrir d’autres stratégies productrices de rendement aux Clients. Selon moi, les Clients apprécieront le fait que nous leur offrons des solutions personnalisables. Je crois qu’ils cherchent à sortir des sentiers battus et à faire affaire avec des gestionnaires d’actifs qui ont recours à diverses solutions et plateformes pour leur offrir une solution optimale et sur mesure, tout en atténuant le risque d’inflation dans leur portefeuille.

Steve Peacher : Je vous remercie d’avoir répondu à mes questions. Avant de terminer, si vous le permettez, j’aimerais vous poser une question personnelle. Je sais que, comme la majorité d’entre nous, durant la pandémie de la COVID-19, vous avez dû travailler à distance. Mais, dans votre cas, vous aviez la possibilité de vous relocaliser temporairement en Floride, et y avez séjourné plus longtemps que d’habitude, ce qui a dû être très agréable. Qu’avez-vous apprécié le plus de votre séjour prolongé en Floride durant la pandémie?

Chris Adair : Le climat, et c'est sûrement ce que répondraient la plupart des gens. Mais, en ce qui me concerne, c’est aussi l’occasion d'avoir pu passer plus de temps avec mon père qui habite en Floride. Mais, je dois admettre que le climat est ce qui a rendu ce séjour si exceptionnel.

Steve Peacher : Travailler à distance ne vous a pas trop déplu, n’est-ce pas?

Chris Adair : Non, pas du tout!

Steve Peacher : Très bien, Chris, merci d’avoir pris le temps de vous entretenir avec moi. Je remercie également toutes nos auditrices et tous nos auditeurs de leur écoute, et je les invite à se joindre à nous lors de la diffusion du prochain épisode de Trois en cinq.

Chris Adair : Merci, Steve.

Communication de renseignements

La notation du crédit de première qualité détenu dans nos portefeuilles de placements privés est effectuée suivant une méthode de notation du crédit exclusive, élaborée en interne, à partir de modèles achetés à l’externe et développés en interne. Cette méthode est régulièrement examinée. Plus de détails seront fournis sur demande. Bien que la plupart des placements privés libellés en dollars américains sont évalués à l’externe, rien ne garantit que les actifs non cotés détenus en portefeuille obtiennent les mêmes cotes s’ils étaient évalués de façon indépendante par de grandes agences d’évaluation du crédit.

Les renseignements fournis dans ce balado ne doivent en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique ou comptable ni en matière d’assurance et de placement. Ils ne doivent pas être considérés comme une source d’information à cet égard et ne constituent pas une offre d’achat ou de vente de valeurs mobilières, ni de services d’assurance ou de placement. Les investisseurs devraient obtenir l’avis d’un conseiller professionnel avant de prendre une décision en fonction des renseignements fournis dans ce balado.

La marque Gestion SLC désigne les activités de gestion d’actifs institutionnels de la Financière Sun Life inc. (la « Sun Life »), ainsi que les sociétés Sun Life Capital Management (U.S.) LLC, aux États-Unis, et Gestion de capital Sun Life (Canada) inc., au Canada. La société Gestion de capital Sun Life (Canada) inc. est inscrite comme gestionnaire de portefeuille, gestionnaire de fonds de placement et courtier sur le marché dispensé au Canada, et comme gestionnaire d’opérations sur marchandises en Ontario. La société Sun Life Capital Management (U.S.) LLC est inscrite comme conseiller en placement auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis. Elle est également inscrite comme Commodity Trading Advisor (conseiller en opérations sur marchandises) et Commodity Pool Operator (gestionnaire de fonds marché à terme) auprès de la Commodity Futures Trading Commission en vertu du Commodity Exchange Act. De plus, elle est membre de la National Futures Association. L’inscription comme conseiller en placement ne sous-entend aucun niveau particulier de compétence ou de formation. Aucune garantie n’est donnée quant à l’atteinte de l’objectif de toute solution de placement privé. Comme pour toute stratégie, le jugement du conseiller quant à la valeur relative des titres sélectionnés pour le portefeuille peut s’avérer fautif.

La valeur relative par rapport aux indices de référence publics est estimée en comparant l’écart entre chaque prêt privé au moment de son décaissement et un indice d’obligations de sociétés public correspondant, en fonction de la cote de crédit. Les prêts assortis d’une cote interne « AA » sont comparés à l’indice Bloomberg Barclays U.S. Corporate Aa, les prêts assortis d’une cote interne « A » sont comparés à l’indice Bloomberg Barclays U.S. Corporate A et les prêts assortis d’une cote interne « BBB » sont comparés à l’indice Bloomberg Barclays U.S. Corporate Baa. Avant le 30 septembre 2016, certains prêts pour des projets d’électricité ou de services publics étaient comparés à l’indice Bloomberg Barclays jugé le plus approprié. Depuis cette date, ces prêts sont comparés à l’indice Bloomberg Barclays Utilities A ou à l’indice Bloomberg Barclays Utilities Baa selon qu’ils sont assortis d’une cote interne « A » ou « BBB » respectivement. Les valeurs relatives des écarts, obtenues en suivant les méthodes ci-dessus, ont ensuite été regroupées et pondérées en fonction de l’actif (par année) pour obtenir la valeur globale de l’écart, indiquée dans le présent balado.

Sauf indication contraire, tous les chiffres et toutes les estimations fournis dans le présent balado ont été tirés de données internes, au 31 décembre 2020. 

Sauf indication contraire, tous les montants en dollars ($) sont exprimés en dollars américains. Ce document peut présenter des renseignements ou des énoncés qui tiennent compte d’attentes ou de prévisions liées à des événements futurs. Les énoncés prospectifs sont de nature spéculative et peuvent faire l’objet de risques, d’incertitudes et d’hypothèses qui pourraient différer de façon importante des énoncés. Par conséquent, n’accordez pas de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Toutes les opinions et tous les commentaires formulés sont susceptibles de changer sans préavis et sont présentés de bonne foi sans responsabilité légale.

Sauf indication contraire, tous les chiffres et toutes les estimations fournis sont tirés de données internes et sont à jour à la date de diffusion du présent balado. Toutes les données peuvent changer.

Les rendements passés ne sont pas garants des résultats futurs. Aucune partie du présent document ne peut être i) reproduite, photocopiée ou polycopiée, de quelque façon que ce soit et dans quelque format que ce soit, ni être ii) distribuée à toute personne qui n’est pas un employé, un dirigeant, un directeur ou un agent autorisé du destinataire, sans le consentement écrit préalable de Gestion SLC.