Épisode 51

Olesya parle de la tendance à intégrer les facteurs ESG dans les stratégies de placement

Olesya Zhovtanetska, directrice principale, titres à revenu fixe, émissions publiques, analyse du crédit et facteurs ESG, obligations et trésorerie à Gestion SLC, parle de l’intégration des facteurs ESG dans les stratégies de placement à revenu fixe, ainsi que de ses liens personnels et professionnels en Ukraine.

Steve Peacher : Bonjour chères auditrices et chers auditeurs, ici Steve Peacher, de Gestion SLC. Je vous remercie d’être à l’écoute de cet épisode de la série Trois en cinq. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de m’entretenir avec Olesya Zhovtanetska qui est directrice principale, titres à revenu fixe, émissions publiques, analyse du crédit et facteurs ESG, obligations et trésorerie. J’aimerais particulièrement m’entretenir avec elle au sujet des facteurs ESG et de la façon dont nous en tenons compte dans notre travail. Nous parlerons aussi de l’Ukraine. Donc, si vous le permettez, j’aimerais commencer par parler des placements axés sur les facteurs ESG. Comme je l’ai mentionné, dans votre rôle, vous vous concentrez sur les placements axés sur les facteurs ESG et, à titre d’analyste, vous vous concentrez sur les établissements financiers. Or, tout le monde tient compte actuellement des facteurs ESG dans leurs analyses, mais je crois qu’il y a beaucoup de confusion quant à leur véritable fonction. Pourriez-vous nous expliquer de quelle manière ils sont intégrés dans votre processus d’analyse? Particulièrement en ce qui concerne le portefeuille de titres à revenu fixe, pourriez-vous nous expliquer les différentes approches de placements axés sur les facteurs ESG et ce que nous faisons pour nos Clients à Gestion SLC?

Olesya Zhovtanetska : Certainement, Steve. Il y a différentes approches de placements axés sur les facteurs ESG, bien qu’elles forment un continuum. Les principales approches de placements axés sur les facteurs ESG sont l’intégration des facteurs ESG, l’analyse des effets positifs et négatifs et l’investissement d’impact. Chaque approche a ses mérites et ses avantages pour les Clients. Différents Clients seront intéressés par différentes approches. Examinons d’abord l’approche intégrant les facteurs ESG aux placements, qui s’avère être notre approche préférée. Cette approche consiste essentiellement à tenir compte des facteurs ESG de manière systématique et explicite dans le processus décisionnel en matière de placement. Ensuite, lorsque nous effectuons une analyse des effets négatifs, nous excluons certaines sociétés ou certains secteurs du portefeuille en fonction de critères de durabilité précis, par exemple, le tabac et le charbon. En revanche, lorsque nous analysons les effets positifs, le portefeuille est principalement composé de sociétés qui sont hautement cotées dans leurs secteurs, selon les facteurs ESG. Enfin, lorsque nous suivons une approche d’investissement d’impact, cela signifie que nous investissons dans des sociétés ou des projets qui ont une certaine incidence sur l’environnement ou sur la société. Comme je l’ai mentionné auparavant, la principale approche que nous suivons pour les Clients de Gestion SLC est l’intégration des facteurs ESG. Cela étant dit, nous pouvons personnaliser l’approche en fonction des objectifs ou des préférences des Clients. Par exemple, certains Clients peuvent vouloir exclure explicitement certaines sociétés ou certains secteurs, tout en suivant une approche d’intégration globale. Pour cette raison, Gestion SLC a conçu, il y a cinq ans, le programme ESG Plus qui permet d’investir dans toutes les catégories d’actif. Au départ, nous avons effectué une analyse des placements en fonction des facteurs ESG, par exemple, le critère de gouvernance pour les établissements financiers. Nous avons depuis formalisé l’approche. Des facteurs ESG Plus, tels que les perturbations technologiques, ont été ajoutés aux facteurs ESG traditionnels. C’est la raison pour laquelle nous appelons notre programme « ESG Plus ». La façon dont le programme ESG Plus fonctionne, en ce qui a trait aux titres à revenu fixe d’émetteurs publics, est par l’intermédiaire d’un système exclusif de notation ESG Plus dont la responsabilité incombe aux analystes de crédit. Les gestionnaires de portefeuille se fondent ensuite sur les notes attribuées aux titres à revenu fixe pour prendre des décisions de placement.

Steve Peacher : Les obligations de sociétés et les émetteurs sont donc évalués en fonction des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Comment procédons-nous? Lorsque notre équipe de recherche procède à l’analyse d’un émetteur, qu’évalue-t-elle exactement afin de lui attribuer une note sur la base de la durabilité? Quels facteurs prend-elle en considération dans le cadre de l’analyse?

Olesya Zhovtanetska : Comme je l’ai déjà mentionné, nous avons développé notre méthode exclusive, car les méthodes d’analyse externes fondées sur les facteurs ESG étaient encore en train d’évoluer. La notation ESG Plus est, comme je l’ai mentionné plus tôt, la responsabilité des analystes de crédit. Nous attribuons une note ESG Plus globale aux émetteurs selon les résultats d’analyse fondés sur les facteurs ESG, ainsi que sur les critères « Plus » dans leurs secteurs respectifs. Nous nous fondons sur notre expertise sectorielle ainsi que sur diverses ressources externes pour déterminer quels critères sont les plus importants pour un secteur particulier, et quelles pondérations nous devrions déterminer pour chaque critère. Puis, nous attribuons une note aux émetteurs en fonction de leurs propres données. Examinons maintenant de plus près les facteurs ESG que nous prenons en considération. Pour ce faire, revenons à l’exemple des établissements financiers. Pour ce type d’émetteurs, le critère ESG le plus important est la gouvernance. L’analyse d’un établissement financier en fonction du critère ESG de gouvernance examine les pratiques en matière de gouvernance d’entreprise ainsi que les controverses juridiques dans lesquelles l’établissement a été impliqué. Nous croyons également que divers facteurs ESG sociaux, tels que la confidentialité et la sécurité des données, le capital humain et la protection financière des consommateurs sont également importants. Quant aux facteurs environnementaux, nous analysons le risque de transition climatique auquel l’établissement financier est exposé. Enfin, nous procédons à une analyse d’un critère ESG Plus, en l’occurrence, le niveau de préparation de l’établissement financier en cas de perturbations technologiques.

Steve Peacher : Tournons-nous maintenant vers la situation en Ukraine. Vous êtes responsable d’analyser les titres des établissements financiers européens. Donc, de toute évidence, vous devez prendre beaucoup de facteurs en considération dans le cadre de votre analyse d’un établissement financier en question afin d’évaluer leur incidence sur celui-ci. Je sais que vous êtes originaire d’Ukraine et que vous avez des liens personnels dans ce pays. Pour ces raisons, vous suivez tout particulièrement de près l’évolution de la situation, tout comme le reste d’entre nous. Pourriez-vous nous parler de la situation en deux volets, d’abord à titre d’analyste de titres bancaires – quelle est l’incidence des facteurs ESG sur les établissements financiers en Europe? Ensuite, pourriez-vous nous décrire de quelle manière la situation en Ukraine vous affecte sur le plan personnel? Il est difficile pour moi d’imaginer avoir de la famille là-bas et avoir à surveiller l’évolution de la situation aux fins de placements. Pourriez-vous nous parler de cette situation de ces deux points de vue?

Olesya Zhovtanetska : Je vais commencer par parler des établissements financiers. En réalité, personne ne sait vraiment quelle sera l’issue de cette situation. Mais depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, notre équipe estime que le risque de récession dans la zone euro et au Royaume-Uni l’année prochaine s’accroît, notamment en raison de la hausse des coûts de l’énergie qui a une incidence immédiate sur les consommateurs européens et de la forte hausse des coûts d’intrants qui pèsent sur les fabricants. Bien entendu, cela aura un effet d’entraînement sur les établissements financiers. Autrement dit, la rentabilité des établissements financiers européens pourrait être affectée par des pertes plus importantes sur les prêts, la hausse des coûts et l’inflation. La qualité des actifs et le capital pourraient aussi subir des pressions. En ce qui concerne l’exposition directe des établissements financiers européens à la Russie et à l’Ukraine, c’est principalement un groupe restreint d’établissements financiers autrichiens, italiens et français qui est touché. Or, nous n’avons pas d’intérêt dans ce groupe d’établissements financiers. Nous avons des placements dans des établissements financiers européens qui sont raisonnablement exposés à la Russie et à l’Ukraine. Cependant, comme je l’ai mentionné, nous sommes préoccupés par les répercussions indirectes, notamment les établissements financiers qui pourraient être exposés directement par l’intermédiaire de prêts interbancaires. Mais, je dirais que, dans l’ensemble, les répercussions du crédit sont gérables, étant donné les règlements qui exigent des établissements financiers qu’ils maintiennent un capital important ainsi que d’importantes réserves pour créances douteuses. Ces exigences sont en vigueur depuis les changements réglementaires qui ont été effectués après la dernière crise financière, mais aussi depuis la pandémie de COVID-19. Sur le plan personnel, il va sans dire que la situation en Ukraine est stressante et émotionnelle. Ma famille élargie vit dans la ville de Lviv dans l’ouest de l’Ukraine. Heureusement, cette région est relativement sécuritaire, ce qui me soulage grandement. Malgré tout, Lviv a été ciblée par des attaques de missiles et ma famille a vécu sous la menace constante et le retentissement des alarmes jour et nuit. Mais la situation est beaucoup plus grave dans d’autres régions du pays qui ont été le théâtre de destructions massives et de grandes souffrances. Néanmoins, je demeure optimiste et je suis fière de l’esprit de résistance des Ukrainiens. Je suis également reconnaissante de tout le soutien que l’Ukraine a reçu jusqu’à présent des pays occidentaux.

Steve Peacher : En effet, c’est vraiment encourageant de voir les pays occidentaux se ranger du côté de l’Ukraine. Dans un même temps, il est très difficile de regarder tous les jours les images des villes et régions dévastées. Beaucoup d’établissements financiers et de gens ont offert leur aide financière. La Sun Life a fait don, je crois, de 200 000 dollars à la Société canadienne de la Croix-Rouge en mars dernier. Mon épouse et des amis à Boston ont organisé une collecte de fonds. Vous devez avoir plus d’informations que moi à ce sujet. Auriez-vous des conseils pour nos auditeurs qui voudraient aider? Que leur recommanderiez-vous?

Olesya Zhovtanetska : Il y a diverses façons d’aider et, selon moi, la façon la plus efficace serait de faire un don aux divers organismes venant en aide aux Ukrainiens. Il y a beaucoup d’organismes de bienfaisance qui viennent en aide aux réfugiés et leur fournissent des soins médicaux et d’autres aides humanitaires. Par exemple, je leur recommanderais d’envoyer un don au Ukrainian Humanitarian Appeal Program du Congrès des Ukrainiens Canadiens. Le site Web du Congrès fournit une liste d’organismes canadiens et ukrainiens auxquels les gens peuvent envoyer leurs dons. Tous ces organismes ont été approuvés, les donateurs sont donc assurés que leur argent parvient aux Ukrainiens qui en seront fort reconnaissants.

Steve Peacher : Donc, le site Web du Congrès des Ukrainiens Canadiens fournit une liste des organismes de bienfaisance qui sont approuvés et légitimes, et l’on peut leur envoyer nos dons en toute confiance tout en sachant que ces fonds parviendront aux gens dans le besoin, c’est bien cela?

Olesya Zhovtanetska : Oui, tout à fait. De plus, le Congrès des Ukrainiens Canadiens a son propre programme, Ukrainian Humanitarian Appeal Program.

Steve Peacher : Je vous remercie Olesya de nous avoir fourni tous ces précieux renseignements et de nous avoir parlé des approches de placements axés sur les facteurs ESG, ainsi que de la situation en Ukraine. Je suis certain que nos auditeurs ont beaucoup appris au cours de cet entretien et je les remercie d’avoir été à l’écoute de cet épisode de la série Trois en cinq.

Olesya Zhovtanetska : Merci de m’avoir invitée à votre émission.