Épisode 64

Anna Murray parle de l’initiative Net Zero Asset Managers

Anna Murray, directrice générale et cheffe, facteurs ESG à l’échelle mondiale, à Gestion SLC, parle de l’engagement des gestionnaires de titres à revenu fixe à Gestion SLC à souscrire à l’objectif mondial de zéro émission nette, notamment en devenant signataires de l’initiative Net Zero Asset Managers, et de la manière dont ils aideront les Clients à atteindre leurs objectifs de décarbonisation.

Steve Peacher : Bonjour chères auditrices et chers auditeurs, et merci d’écouter cet épisode de « Trois en cinq ». J’ai le plaisir de m’entretenir pour la seconde fois avec Anna Murray, qui est directrice générale et cheffe des placements mondiaux axés sur les critères ESG à Gestion SLC. Merci, Anna, d’avoir accepté mon invitation.

Anna Murray : Tout le plaisir est pour moi, Steve.

Steve Peacher : Gestion SLC a récemment annoncé que les gestionnaires de titres à revenu fixe de Gestion SLC souscrivent dorénavant à l’objectif mondial de zéro émission nette, notamment en devenant signataires de l’initiative Net Zero Asset Managers, l’une des plus importantes initiatives en gestion d’actifs à l’heure actuelle. Pourriez-vous expliquer à nos auditeurs ce en quoi consiste cette initiative, et pourquoi nos gestionnaires en sont-ils devenus les signataires?

Anna Murray : L’initiative Net Zero Asset Managers a été mise en œuvre par les gestionnaires d’actifs du secteur financier afin de souscrire à l’objectif mondial d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Or, l’objectif zéro émission nette d’ici 2050 a été fixé en fonction de recommandations scientifiques, et vise à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, afin d’en atténuer les effets. Or, les températures moyennes dans le monde ont augmenté d’environ 1,1 degré, et nous pouvons déjà en observer les effets dévastateurs : sécheresse extrême dans le sud-ouest des États-Unis, chaleur extrême en Europe, etc. À l’heure actuelle, déjà plus de 270 gestionnaires d’actifs du monde entier sont devenus signataires de l’initiative Net Zero Asset Managers. Cela représente plus de 60 billions de dollars d’actifs gérés. Net Zero Asset Managers se concentre sur les émissions financées, dont nous sommes responsables par le truchement de nos placements dans des produits spécialisés. L’objectif zéro émission nette est très ambitieux, et les gouvernements ne peuvent pas l’atteindre seuls. Le secteur financier joue un rôle essentiel en ce sens. Nous sommes donc devenus signataires de l’initiative Net Zero Asset Managers, car nous croyons qu’en travaillant de manière proactive avec nos Clients et les emprunteurs, nous serons en mesure de les aider à faire la transition vers une économie à faible émission de carbone. Cela nous donnera un avantage dans les prises de décision en matière de placements, en plus d’améliorer la performance de nos portefeuilles, relativement aux questions environnementales, et de contribuer à améliorer l’environnement dans le monde entier.

Steve Peacher : Dans le cadre de l’initiative Net Zero Asset Managers, vous vous engagez à aider les Clients à atteindre leurs objectifs de décarbonisation. Comment cela se traduit-il en pratique? Quel genre d’information leur donnez-vous au sujet de leurs portefeuilles? De quelle manière les soutiendrez-vous afin qu’ils atteignent leurs objectifs de décarbonisation?

Anna Murray : L’initiative Net Zero Asset Managers englobe plusieurs mesures que les gestionnaires d’actifs doivent mettre en œuvre. Elles consistent essentiellement à adopter une approche globale, tout en gardant à l’esprit qu’en tant que gestionnaires d’actifs, notre influence sur les émetteurs de titres est limitée, notamment les émetteurs de titres à revenu fixe. Donc, en guise de première étape, nous établirons un objectif intérimaire de réduction des émissions de carbone du secteur financier pour 2030. Pour atteindre cet objectif, nous devrons prendre plusieurs mesures, par exemple, nous devrons travailler de concert avec les entités émettrices, concentrer nos efforts de manière stratégique sur certaines d’entre elles, et les aider à faire la transition vers une économie à faible émission de carbone. Nous sommes en train de mettre au point de nouveaux produits que nous pourrons offrir aux Clients qui veulent investir dans des solutions sensibles aux questions climatiques et visant la réduction des émissions de carbone. Nous travaillons aussi avec acharnement à l’amélioration de nos capacités en matière de cueillette et de traitement des données et de communication d’information, afin de mieux informer les Clients sur la performance de leurs placements en ce qui a trait aux questions climatiques. Il est très important que nous ne nous contentions pas d’aider les entités émettrices à réduire leurs émissions de carbone. Nous devrons également développer davantage de solutions relatives aux questions climatiques, promouvoir les solutions d’énergie renouvelable et le développement de nouvelles technologies. Nous voyons d’excellentes occasions d’investissement dans tous ces domaines. Mais, nous devons avant tout ne pas perdre de vue l’incidence de nos décisions de placement sur le monde réel. Par exemple, si nous nous désistons de nos parts dans une société, qui sont ensuite achetées par un autre investisseur, cela ne contribue pas à réduire les émissions de carbone, surtout si l’on ne perd pas de vue notre obligation fiduciaire envers les Clients.

Steve Peacher : Toutes les initiatives relatives aux critères ESG semblent être mises en œuvre à un rythme effréné, notamment les réformes réglementaires. Les Clients deviennent aussi de plus en plus exigeants en ce qui a trait aux critères ESG. Évidemment, les gestionnaires d’actifs, comme Gestion SLC, jouent un rôle important dans la répartition stratégique du capital facilitant la transition vers une économie à faible émission de carbone. Pourriez-vous parler de certaines mesures que les gestionnaires de titres à revenu fixe à Gestion SLC mettent en place, du point de vue de la gestion des données et de la transparence, dans le cadre de ces initiatives?

Anna Murray : La production de données incontestables est l’un des plus grands défis en placements axés sur les critères ESG. Pour certains actifs, notamment les obligations de première qualité, des données sur la quantité et les sources d’émissions de gaz à effet de serre sont disponibles. Pour certains autres actifs, comme les prêts hypothécaires pour les sociétés, il est plus difficile de recueillir des données; l’on doit donc se fonder sur des indices de référence et émettre des hypothèses. Cette année, nous sommes devenus membres du Partnership for Carbon Accounting Financials, ou PCAF, qui est une initiative de collaboration entre les gestionnaires d’actifs du secteur financier en ce qui a trait aux questions climatiques et en matière de méthodologies. Dans le cadre du PCAF, nous travaillons avec nos homologues afin d’analyser des données complexes. Nous consacrons beaucoup de temps et d’efforts dans le développement de nos capacités de cueillette et de traitement des données, ainsi que nos capacités de recherche internes, ce qui nous permettra de mesurer les émissions de carbone de différentes solutions de placements dans les portefeuilles de Clients, ainsi que les progrès vers l’atteinte de l’objectif zéro émission nette. L’une de nos plus importantes priorités consiste à fournir des informations sur les questions climatiques de qualité aux Clients. Dans le cadre de l’initiative Net Zero Asset Managers, l’un des engagements consiste à fournir davantage d’informations et d’outils aux Clients afin de les aider à prendre des décisions éclairées.

Steve Peacher : À Gestion SLC, et à l’échelle de la Sun Life, nous consacrons beaucoup d’efforts et mobilisons beaucoup de ressources pour faire tout ce dont nous pouvons faire, en tant qu’investisseurs, pour contribuer à l’atteinte des objectifs relatifs aux questions de durabilité, et aider les Clients à atteindre leurs propres objectifs. Mais, nous pouvons aussi contribuer à l’atteinte de ces objectifs sur le plan personnel. Étant donné que vous traitez de ces questions sur le plan professionnel, je suis certain que vous tenez aussi compte de celles-ci dans votre vie privée, notamment en matière de durabilité. J’ai cru bon de vous demander de faire quelques recommandations à nos auditeurs, quant aux mesures qu’ils peuvent prendre dans leurs vies privées s’ils veulent améliorer leur profil de durabilité personnel.

Anna Murray : C’est l’une de mes questions favorites! Ce qui est le plus important pour ma famille, et pour nos enfants, c’est d’être en communion avec la nature. Pour ce faire, nous aidons nos enfants à acquérir des connaissances approfondies sur la biodiversité et à en apprécier toute la valeur. Quand j’étais enfant, j’ai passé beaucoup de temps en plein air, notamment dans les montagnes et au bord de la mer, et cela m’a marquée au point où aujourd’hui, je suis engagée dans la protection des ressources naturelles, et j’enseigne à mon tour à mes enfants à comprendre comment notre écosystème fonctionne, et combien il est important de préserver l’habitat naturel de toutes les espèces dans la nature. Je leur enseigne notamment que chacun de nous a une part de responsabilité dans la protection de notre environnement.

Steve Peacher : Je crois que nous nous trouvons à un tournant et que la nouvelle génération se soucie beaucoup plus des questions environnementales. Pour votre part, vous avez transmis votre propre amour de la nature que vous avez développé au cours de votre enfance. Mes propres enfants sont plus soucieux des questions environnementales, beaucoup plus que je ne l’étais à leur âge. Et, je crois que cette nouvelle sensibilisation aux questions environnementales aura une forte incidence sur les politiques que nous adopterons au cours des prochaines années, ainsi que sur les décisions que les institutions, les gouvernements, et même les individus prendront. Merci, Anna, d’avoir répondu à mes questions. Je remercie également les auditeurs d’avoir écouté cet épisode de « Trois en cinq ». À bientôt.

Anna Murray : Merci, Steve.

 

Ce balado est destiné uniquement aux investisseurs institutionnels. Les renseignements fournis dans ce balado ne doivent en aucun cas tenir lieu de conseils particuliers d’ordre financier, fiscal, juridique ou comptable ni en matière d’assurance et de placement. Ils ne doivent pas être considérés comme une source d’information à cet égard et ne constituent pas une offre d’achat ou de vente de valeurs mobilières, ni de services d’assurance ou de placement. Les investisseurs devraient obtenir l’avis d’un conseiller professionnel avant de prendre une décision en fonction des renseignements fournis dans ce balado. Ce balado peut contenir des renseignements ou des énoncés qui tiennent compte d’attentes ou de prévisions liées à des événements futurs. Les énoncés prospectifs sont de nature spéculative et peuvent faire l’objet de risques, d’incertitudes et d’hypothèses qui pourraient différer de façon importante des énoncés. Par conséquent, n’accordez pas de confiance excessive à ces énoncés prospectifs. Toutes les opinions et tous les commentaires formulés sont susceptibles de changer sans préavis et sont présentés de bonne foi sans responsabilité légale.